TAG : une enquête à mener dans votre bibliothèque

Dieu bénisse les TAG qui nous fournissent des idées d’article en plein été quand notre cerveau a profité d’une promo Easyjet pour partir en vacances !

(et vous croyez qu’il enverrait une petite carte postale ce sale ingrat ? Attendez qu’il réintègre ma boîte crânienne…)

J’ai craqué pour ce TAG trouvé sur le blog de light and smell parce que j’ai toujours rêvé de mener une enquête, comme mon idole moustachu Hercule Poirot. Malheureusement pour moi, mon entourage a le mauvais goût de vivre longtemps et de ne pas se faire assassiner…

(mais comment fait Hercule pour tomber sur des homicides à chacun de ses déplacements ?!)

En attendant un empoisonnement à l’arsenic ou un meurtre par strangulation, je suis donc obligée de me rabattre sur des TAG pour réaliser mes rêves d’enfant (quelle tristesse quand même).

 

 

Un livre dont le titre commence par l’initiale de ton nom de famille

 

cvt_Vies-de-sorcieres_7290

 

Alors techniquement j’ai préféré le premier tome de la duologie, Journal d’une sorcière, mais comme mon nom de famille ne commence pas par J ça ne fonctionne pas.

(je prends note d’engueuler mon père à ce sujet)

J’avais adoré cet univers étant enfant, Celia Rees utilisant la sorcellerie pour délivrer un message féministe et critique quant à l’intégrisme religieux et son hypocrisie.

(enfin, c’est ce que je m’en rappelle en tout cas)

Et il y a des sorcières, sans lunettes ni cicatrice en forme d’éclair sur le front ce qui empêche la moindre critique.

 

 

Un livre dont l’auteur.e a un prénom qui commence par la même lettre que toi (ou le même prénom que toi, encore mieux)

Hahahaha, comme si quelqu’un pouvait avoir le même prénom rare et magnifique que moi !

(en vrai oui c’est possible, ça m’arrive même de moins en moins rarement ces derniers temps. Soyez donc originaux et arrêtez de copier les prénoms des autres, merde quoi !)

 

CVT_Nouveaux-contes-de-la-folie-ordinaire_5842

 

Si j’avais été une feignasse, j’aurais parlé de Journal d’une sorcière écrit par Celia Rees. Bon, je suis effectivement une feignasse mais qui choisis de faire un effort pour vous, lecteurs adorés.

(un « merci » est toujours apprécié)

Premier livre que j’ai lu de cet auteur (vous vous rappelez toutes les fois où je vous faisais chier « Je ne lis les romans que dans l’ordre gnagnagna » ? Ben voilà, cette fois-là je ne l’ai pas fais, et volontairement en plus) et ce fut une certaine expérience.

Bukowski ne plaira pas à tous, c’est obscène, souvent vulgaire, malsain et certaines nouvelles sont particulièrement glauques.

Mais voilà, pour les amateurs.trices du genre c’est une sorte de dieu païen adepte d’orgies, de cuites mémorables et de gros mots qui mérite qu’on le révère en enchaînant les shots de whisky !

 

 

Un livre qui a un joli titre, selon toi

 

CVT_La-pluie-avant-quelle-tombe_2218

 

Heureusement que cette question ne s’intéresse qu’au titre, je suis incapable de me rappeler de quoi parle ce livre.

De Jonathan Coe, j’avais adoré Testament à l’anglaise qui m’avait donné envie d’enchaîner les romans de cet auteur mais aucun n’a atteint le niveau de cette première lecture.

Tout ce que je peux en dire, c’est que si je l’ai oublié c’est qu’il ne doit pas être nul.

(j’ai une excellente mémoire de la nullité, la positive attitude c’est moyennement mon truc)

Quel que soit le sujet de ce roman dont je n’ai gardé aucun souvenir, le titre m’est resté en tête par la mélancolie qu’il dégage.

 

 

Un livre dont le titre contient un mot que tu ne connais pas

J’ai fais des études moi Môssieur, il n’y a aucun mot que je ne connais pas !

 

cvt dagon

 

Mais puisque je refuse de croire qu’il existe une question de TAG à laquelle je n’aurais pas la réponse (je ne suis pas n’importe qui moi Môssieur, j’ai même été major de promo !), je tenterai le Dagon de Lovecraft.

(pour ceux qui n’ont jamais été major de promo, Dagon est un Grand Ancien dans le mythe de Cthulhu, ce que je ne savais pas avant d’ouvrir le livre)

Comme quoi, on en apprend tous les jours !

 

 

Un livre dont le titre forme une phrase complète

 

cvt vous ne me connaissez pas

 

J’avais d’abord pensé à ce livre pour la question « Joli titre » mais je l’ai joué stratégique.

J’aime beaucoup ce titre que je trouve fort, et presque menaçant.

(voire un chouïa adolescent : « T’façon tu me connais pas, ok ? », à lire dans sa tête avec une voix en pleine mue qui grimpe douloureusement dans les aigus sur le « ok »)

Ce recueil de nouvelles contient d’ailleurs celle qui est, pour moi, la meilleure de Oates : Le lac Wolf’s head. En 3 pages, elle arrive à créer une atmosphère oppressante et une sensation de menace juste en décrivant un lac… du grand art !

 

 

Un livre à la couverture très réussie

 

hygiène

 

Ma couverture préférée de toutes les couvertures préférées du monde !

Autant je ne lis plus Amélie Nothomb parce que je trouve ce qu’elle écrit trop redondant, autant je chéris cette couverture et lui fait de gros câlins à chaque fois que je passe près d’elle.

(ce qui explique pourquoi elle vit maintenant à la cave, mon copain est d’un jaloux..!)

Et je dois dire que j’avais beaucoup aimé ce livre à l’époque, notamment pour ses dialogues qui me plaisaient et le twist final que je n’avais pas vu venir.

 

 

Un livre au titre très court

 

cvt 1984

 

4 caractères qui ne sont même pas des lettres, bim !

On ne présente plus cette dystopie culte qui reste toujours d’actualité plus de 70 ans après sa publication et qu’il est de bon ton de lire pour en citer des extraits en commentaires sur n’importe quel article fb traitant de Raoult, Trump, la présence de drapeaux bretons dans TOUS les festivals de musique du monde, le yoga, la durée des vacances d’été, le MEDEF, le confinement, le déconfinement, le chocolat Milka ou les piercings au nombril.

 

 

Un livre au titre très long

 

cvt cercle littéraire

 

Et encore un livre dont je n’ai aucun souvenir !

(à part que l’animal préféré du mari de la meilleure amie de la protagoniste principale est le canard, ce qui m’a marqué parce que moi aussi j’aime beaucoup les canards #teamDaffyforever)

Tout ce que je me rappelle c’est qu’il se passe pendant la Seconde Guerre Mondiale (ça arrive même aux meilleurs), qu’il y a une histoire d’amour qui finit bien (mais qui lit des histoires d’amour qui finissent bien ?) et que c’est un roman épistolaire (pour ceux qui se sentiraient confus devant ce terme : une lettre c’est comme un mail qu’on est obligé d’attendre plusieurs jours, ce qui n’est pas plus mal quand c’est pour apprendre de mauvaises nouvelles comme « C’est des triplés » ou « Félicitations, votre première herpès ! »)

 

 

Un livre minuscule, mais pas le moins épais

 

cvt mémoire assassine

 

Qui sera surpris par cette phrase : « Un nouveau livre dont je ne me rappelle absolument pas ? »

(« Toi ? Mais où tu étais pendant les 8 premières questions de ce TAG ?! »)

A l’époque (ce genre d’expression donne l’impression que l’anecdote remonte à la Guerre du Vietnam mais dans les faits, on parle plutôt de 7, 8 ans), les éditions Poche avaient lancé un format de plus petite taille qui tenait effectivement dans une poche (tant que c’était celle d’un pantalon d’homme).

Je n’ai pas accroché à ce format qui n’apportait pas grand-chose et « compliquait » la lecture (toute proportion gardée bien sûr). Et en signe de protestation, j’ai tout oublié de ma lecture (prenez ça les éditions Poche !).

 

 

Le livre le plus grand, mais pas le plus épais

 

101798883_565415504115628_7492836211858341888_n

 

Il a fallu un confinement mais ça y est, j’ai ENFIN lu ce livre culte !!!

(ne le dîtes pas à mon oncle il est persuadé que ça fait au moins 20 ans que c’est fait, depuis l’année où il me l’a offert en fait)

Pour profiter de mon avis sur une lecture dont je me rappelle (enfin !), vous pouvez aller jeter un oeil sur mon bilan du mois de mai (ou pas, mais dans ce cas vous ne saurez jamais ce que je pense de ce livre qui m’a attendue 20 ans, ce serait aussi dommage que de céder à l’appel de la banane autour de la taille après des années à porter un sac à dos comme tout être humain qui se respecte).

Sinon, j’ai Un homme, un vrai de Tom Wolfe à lire, un livre que j’ai « emprunté » à ma belle-famille il y a au moins 1 an et demi, est-ce que je peux compter sur un reconfinement cette année ou vais-je devoir encore attendre 20 ans et le considérer comme une avance sur héritage (ce qui serait le plus simple pour tout le monde) ?

 

 

Fin de ce TAG ! Je peux retourner vivre dans mon néant cérébral avec le sentiment du devoir accompli, la vie réserve parfois de beaux moments.

Bonnes vacances à tous et n’oubliez pas « Dîtes non aux bananes autour de la taille » !

5 commentaires sur “TAG : une enquête à mener dans votre bibliothèque

  1. Merci, tu m’as bien fait rire ^^
    Je pense que les gens devraient avoir le bon sens de se sauver en courant en voyant arriver Hercule, ce mec est un porte-poisse de niveau international (pour trouver pire, il faut un James Holden, mais là c’est du porte-poisse intergalactique, Hercule n’avait pas les moyens de lutter 😆 ).
    Je découvre certains titres grâce à tes réponses, mais tu n’as pas l’air de te rappeler s’ils valent la peine d’être lus, alors je vais aller me renseigner 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s